« Le Concile de Merlin » de Lionel Cruzille

Salutations à toutes et tous ! Bienvenue au sein de la magnifique intégrale illustrée par Igor Burlakov (aka Dartgarry) proposée par Lionel Cruzille et les éditions L’Alchimiste, j’ai nommé « Le Concile de Merlin » ! ⚔🧙‍♂️

Royaume breton, an 535. Arthur est mort depuis quelques années, et depuis, plus rien n’arrête les envahisseurs Angles et Saxes. Merlin, depuis sa retraite au cœur de Brech El Lean, convoque sa fille Gwendaëlle, des druides et quelques moines influents à une réunion secrète. L’enseignement des druides se perd petit à petit face au pouvoir grandissant de l’Église, et cela l’inquiète. Il dévoile à ses amis un trésor inestimable : des manuscrits sur la vie de Jésus qui remettraient en cause les principes chrétiens. Merlin, dans un souhait de rapprocher les traditions, souhaite partager ce trésor avec tous. Mais le lendemain du Concile, Merlin disparaît, laissant à Gwendaëlle le soin de protéger les manuscrits et de mener à bien sa quête. Une aventure sans précédent s’annonce, la recherche la plus importante de toute sa vie : celle du Graal. La question se pose : Merlin et Arthur auraient-ils découvert le Graal ? Et que serait-il en réalité ?

Lionel Cruzille nous propose ici une trilogie riche d’histoire, bien documentée, et originale. Gwendaëlle est un personnage fort, une femme de pouvoir qui cherche sans cesse le meilleur chemin à prendre. Ses compagnons lui seront d’une grande aide, et chacun « grandit » au contact des autres.

Tous sont bien écrits, et leurs actions et réactions cohérentes. La plume de l’auteur les rend vivants, et on en vient parfois à oublier que « Le Concile de Merlin » est une fiction, tant les références politiques, historiques et religieuses sont bien choisies.

Cette intégrale comporte, dans sa version numérique, environ 900 pages, et 448 dans la version papier que je vous présente ici, et le seul petit défaut que je pourrais lui trouver, c’est la taille des caractères, qui sont tout de même très petits 😅 Toutefois, j’ai été réellement happée par l’histoire et, malgré un tome 2 un peu moins haletant (comme c’est souvent le cas des trilogies, en général), j’ai dévoré ces romans en un temps record.

Si les légendes arthuriennes vous intéressent, que la magie des druides vous attire, n’hésitez pas à vous lancer ! L’intégrale papier est toujours disponible sur le site de la maison d’édition (ici), et si les petits caractères vous font peur, vous pouvez toujours vous la procurer en ebook 😉

« La guerrière fantôme » de Lise Syven

Salut tout le monde ! Aujourd’hui la bataille m’attend… je vais suivre « La guerrière fantôme » avec Lise Syven et les éditions Lynks, qui ont eu la bonne idée de rassembler cette duologie en intégrale 😄

Dans notre monde, elle est Alicia, jeune femme qui s’ennuie profondément. Rien dans sa vie n’éveille son intérêt, que ce soit ses cours ou ses amis. Dans le monde d’Es, elle est Siwès, esprit guerrier, accompagnée de son Gardien, Tadjal, un tigre majestueux. Dans ce monde peuplé de dragons, sorciers et autres créatures fantastiques, elle doit combattre dragons-défunts et nécromants qui menacent les cités libres. Mais le lien entre son corps et son esprit est fragile. Jusqu’où Siwès sera-t-elle prête à aller pour sauver ce monde ? L’empire du Lluhan tremblera à l’évocation de son nom, car elle est la guerrière fantôme, et elle fera tout pour gagner cette guerre…

Première lecture du Pumpkin Autumn Challenge et pas des moindres ! Quelle aventure ! De la dark fantasy bien menée, un univers complexe et bien construit, on ne s’ennuie pas une seconde !

Dès les premières lignes, j’ai été happée par l’histoire. Lise Syven a réussi à composer un monde extrêmement riche, dans lequel on entre avec beaucoup de facilité. Je craignais un peu de m’y perdre, tant les intrigues et les différentes créatures qu’on y rencontre sont complexes. L’absence de carte au début du roman m’a également fait un peu peur…

Mais sans raison ! On entre vraiment très facilement dans cet univers, à l’instar d’Alicia, qui s’y sent très rapidement à son aise. On suit ses aventures, ses batailles, en tremblant pour elle et ses amis, on pleure quand certains ne se relèvent pas, on vit avec eux. Les personnages créés par l’auteure sont presque réels, qu’ils soient humains ou non. J’ai vraiment beaucoup aimé me plonger dans cet univers et en ressortir n’a pas été simple 😶

Rejoignez Siwès dans son combat, vous ne le regretterez pas !

« La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur » de Suzanne Collins

Hello tout le monde ! Vous allez bien ? 🥰 Une petite excursion dans les prémisses des Hunger Games, ça vous tente ? Écoutez donc « La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur » de Suzanne Collins orchestrée par les éditions PKJ 🎶

10 ans ont passé depuis la fin de la guerre. Panem se remet difficilement, mais le Capitole continue d’organiser les Hunger Games. Pour la 10ème édition, la grande nouveauté est que les tributs auront un mentor, tiré au sort parmi les étudiants de l’Académie. Coriolanus Snow se retrouve bien malgré lui avec la tribut du district 12, Lucie Grey, et ça ne l’enchante pas vraiment : comment redorer l’image de sa famille, lui redonner son prestige d’antan avec le pire district qui soit ?

Et oui, j’ai craqué, je voulais retourner dans l’univers des Hunger Games, mieux comprendre leurs origines, leur fonctionnement, et avoir un point de vue différent du Capitole. J’ai été servie 😄 De ce que j’ai vu passer comme avis, certains l’ont trouvé long, le rythme trop lent. Pas moi 😅 J’ai beaucoup aimé 😄

J’ai aimé me replonger dans cet univers. On apprend un peu mieux comment et pourquoi les « jeux » ont été créés, comment ils sont organisés.

C’est la 10ème édition et les organisateurs tentent de nouvelles choses, comme octroyer un mentor à chaque tribut. Ce sont de jeunes gens, à peine plus âgés, voire du même âge, mais qui vivent dans 2 mondes différents : les districts qui meurent de faim et les habitants du Capitole, qui ont faim également mais qui risquent toutefois moins leur vie que leurs homologues… Ils ne se comprennent pas. Les jeunes du Capitole ont grandi avec une image faussée des districts : ce sont des sauvages ! Ils méritent leur sort ! Mais sont-ils si éloignés ? Non, mais ils ne s’en rendent pas compte…

Le personnage de Coriolanus Snow m’a particulièrement intéressée. Le connaissant en tant que Président Snow à tendance psychopathique, j’avais très envie d’en apprendre plus sur lui, son histoire, son parcours de vie.

On le connaît en tant que Président dans la trilogie Hunger Games, et on se rend vite compte ici qu’il a toujours eu cette part sombre. Malgré les attentions de sa cousine, son « amour » pour Lucie Grey, son ambition prend toujours le dessus. Il a visiblement été traumatisé par la guerre et ne pense qu’à s’élever dans la société du Capitole, quitte à écraser les autres, trahir, mentir.

Certains avis que j’ai pu glaner ici et là ont mis en avant que la romance n’était pas utile. Je ne suis pas d’accord 😅 Je trouve au contraire qu’elle ajoute un certain réalisme au personnage de Snow, et en particulier à son absence totale d’empathie. Il se ment à lui-même sans arrêt en pensant pouvoir vivre simplement, il trouve toujours une justification à ses actes pour se dédouaner : ce sont les autres qui fautent, ils sont seuls responsables de ce qui leur arrive, même si c’est lui qui, en dévoilant certaines choses, entraîne la perte de ses camarades.

J’ai apprécié également le personnage de Lucie Grey, qui m’a beaucoup fait penser à Katniss, par certains côtés. J’imagine assez bien une filiation entre elles, et je me suis demandé si le père de Katniss n’était pas lié d’une certaine manière à Lucie Grey (surtout par rapport à la chanson de « l’arbre du pendu »…). On ne le saura certainement jamais, mais c’est une hypothèse que je trouve plausible et j’ai aimé trouver un peu de Katniss (en plus joyeux) dans ce roman 😊

J’ai aimé en apprendre un peu plus sur les Hunger Games. J’ai été choquée du traitement réservé aux tributs dans les débuts 😳 mais cela m’a permis de mieux comprendre la trilogie, l’organisation des « jeux » et toute la médiatisation qui en est faite.

Ce prequel apporte d’autres questions, mais donne aussi des réponses, beaucoup de détails qui ne manquaient pas dans la trilogie d’origine mais qu’on est tout de même contents d’avoir. J’ai passé un très très bon moment 😄