« Les loups chantants » – Ne les écoutez surtout pas !

Hey ! 😄 Ça va vous ? En vacances ou pas encore ? Bon, il ne fait plus aussi chaud qu’il y a quelques semaines, mais je vous propose quand même un petit voyage dans un roman qui vous donnera des frissons à coup sûr : « Les loups chantants » de Aurélie Wellenstein, ici aux éditions Pocket 🐺🎶❄

« Au plus profond des terres glacées de Sibérie, règne le dieu de l’Hiver et ses cruels envoyés. Le village et ses habitants survivent grâce à la magie de ses Gardiens qui les maintient dissimulés et protégés par un Blizzard constant. Mais celui-ci n’a pas pu retenir la bien-aimée de Yuri. Attirée par les hurlements des loups, elle a disparu dans l’implacable froidure. Tous la disent perdue, mais Yuri ne peut pas faire son deuil.
Bientôt, c’est sa sœur, Kira, qui est menacée. Sa peau se recouvre peu à peu de cristaux de glace. Déclarée maudite, elle est bannie de la communauté. Déterminé à la sauver, Yuri prépare son attelage. Ils s’enfoncent dans le Blizzard, pour un long périple semé d’embûches, les loups chantants à leurs trousses. Très vite, la voix de son amie retentit dans la tête de Yuri, elle l’appelle… »

Troisième roman de l’auteure que je lis, et qui confirme ce que je pensais : je veux tous les lire ! 😁

Ce roman, sombre et particulièrement froid, m’a totalement embarquée. J’ai voyagé avec Yuri, ressenti le froid avec Kira, et me suis inquiétée avec Anastasia… 🥶

La magie utilisée par Kira pour les protéger des loups chantants (entre autres) est très intéressante, et la manière de l’utiliser m’a énormément plu. Kira est un personnage attachant, elle est déterminée à protéger son frère, quitte à en souffrir elle-même. 🥺

En revanche, j’ai trouvé Yuri plus agaçant. Obnubilé par le souvenir de son amour perdu, il se laisse parfois aller, au risque de mettre toute leur expédition en danger. 😑 Sa relation à ses chiens de traîneau a un peu relevé le niveau concernant ce personnage 😅

Les loups chantants sont aussi particulièrement intéressants. Sont-ils des loups « normaux » ? Quelles sont leurs intentions ? Et qu’en est-il des autres créatures tapies sous la neige ? Les sorts de protection de Kira suffiront-ils ? Voilà un univers à la frontière du fantastique comme je les aime ! 🥰

L’environnement sibérien est glacial 🥶 et moi qui n’aime pas le froid, j’ai eu mon compte de neige, de blizzard et de glace 😅 Un roman parfait à lire en pleine canicule, ça rafraîchit 😄 Ou à lire un soir d’hiver, bien caché sous un plaid… enfin, si vous l’osez ! 😱

J’aime toujours autant la plume de l’auteure, qui sait comment rendre ses personnages réalistes et leur environnement plus vrai que nature. J’ai vraiment eu l’impression de « voir » plus que lire ce qui se passait tant son style est visuel ! Cette impression de regarder un film à travers les mots était particulièrement forte avec ce roman.

Encore une fois, j’ai adoré ma lecture. Je n’ai (malheureusement pour moi) plus de livres de l’auteure dans ma PAL 😭 mais j’espère pouvoir vite remédier à cette situation ! Une auteure à suivre absolument ! 🙏

🐻🐻🐻🐻,5/5

« Le dieu oiseau » – Sa vengeance sera terrible…

Coucou ! Un peu de gaieté, ça vous dit ? 😄 Alors vous risquez d’être déçus, parce que « Le dieu oiseau » de Aurélie Wellenstein est plutôt du genre très très sombre… 😨

« Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du  » banquet  » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent disposer de leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils d’un chef du clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Enfin la nouvelle compétition est sur le point de commencer. L’occasion tant attendue par Faolan pour prendre sa revanche. Aura-t-elle le goût du sang ? »

Je découvre peu à peu l’œuvre d’Aurélie Wellenstein, et, après « Yardam« , j’ai décidé de m’attaquer à celui-ci. Et je n’ai pas été déçue ! 😄

L’auteure, dont les romans ont la réputation d’être particulièrement sombres et difficiles, nous offre ici un récit original, aux accents mayas ou aztèques (les deux peuples avaient apparemment pas mal de similitudes), où la violence est quasi omniprésente.

La vie est loin d’être simple, et les différents clans ont une sorte d’accord : tous les dix ans, certains d’entre eux, que l’on pourrait qualifier de « champions », s’affrontent dans une compétition dont le but est de ramener un œuf d’or. Le vainqueur devient alors le prochain chef pour la décennie suivante.

C’est pour les clans « perdants » que le plus dur est à venir une fois l’œuf d’or retrouvé… en effet, le clan « gagnant » procède alors à une sorte de banquet où le repas est constitué des perdants 😱 Je ne vais pas rentrer dans les détails, l’auteure le fait bien mieux que je ne le ferais 😅

J’ai aimé suivre Faolan et sa quête de vengeance. Esclave depuis 10 ans, il a vu sa famille détruite par le clan dans lequel il est forcé de vivre. Sa rage, sa détermination sont sans failles, et il fera tout pour trouver l’œuf d’or et ainsi se venger… C’est un personnage dur, brisé, et on ne peut jamais savoir à l’avance quelles seront ses réactions face à telle ou telle situation 😶

Ainsi, si le cannibalisme, entre autres, ne vous fait pas peur, je vous conseille ce roman car c’est réellement un excellent récit, sombre, dur, sanglant, mais qui, en même temps, m’a beaucoup touchée. L’histoire de Faolan est loin d’être simple, et si vous n’avez pas peur de frissonner (de peur, mais pas que…), n’hésitez pas à vous lancer dans sa lecture ! 😉

« Yardam » – et si la folie était sexuellement transmissible ?…

Les petites voix dans ma tête et moi-même vous disons bonjour ! 🤪 Nous vous emmenons aujourd’hui à « Yardam » avec Aurélie Wellenstein et les éditions Scrineo 😁

Une mystérieuse maladie sévit à Yardam, transformant les habitants. La population, mise en quarantaine, espère trouver une solution. Mais à Yardam, la folie est sexuellement transmissible… Kazan, aux prises avec les démons dans sa tête, tente lui aussi d’échapper à cette folie. Peut-être ce couple de médecins étrangers pourra trouver la solution ?

Aurélie Wellenstein me semble déjà bien connue des lecteurs de SFFF, mais personnellement je ne m’étais pas encore penchée sur son œuvre. Voilà qui est chose faite 😄

Et j’ai découvert un style original, une intrigue bien menée et des personnages cohérents, réalistes. J’ai beaucoup aimé l’histoire, les rebondissements, les personnages et leurs réflexions. Kazan est assez difficile à apprécier. C’est un voleur, plutôt égoïste, à qui ses « démons » ne laissent aucun répit. On comprend qu’il soit peu sympathique 😅

Certaines scènes sont assez difficiles à lire, mais sont cohérentes et les comportements des habitants plutôt « logiques » au vu de ce qu’ils vivent, peu surprenantes même si assez déprimantes, il faut bien le dire… Tous nous aimerions penser que nous garderions notre humanité en toutes circonstances, mais serait-ce effectivement le cas ?

Avec ce roman, Aurélie Wellenstein répond : pas sûr… Et ce roman nous le montre bien : dans cette situation où une maladie mystérieuse et qui semble incurable, touchant n’importe qui n’importe quand, les habitants, paniqués, cherchent à tout prix un responsable. Par le passé, des chasses au sorcières ont été menées pour moins que ça et sont un bon exemple…

En résumé, un roman parfois difficile à lire, certaines scènes (violentes) sont plutôt explicites, mais j’ai été embarquée jusqu’à la fin. Une très bonne découverte pour moi ! D’autres ouvrages de l’auteure suivront rapidement 😉