« The Dead House » de Dawn Kurtagich

Hello ! Aujourd’hui je vous emmène dans une lecture « halloweenesque » avec « The Dead House » de Dawn Kurtagich, aux éditions du Chat Noir… 🏚

Vingt ans se sont écoulés depuis l’incendie qui a dévasté le lycée Elmbridge, dans lequel trois élèves ont perdu la vie. Carly Johnson, elle, est déclarée disparue, son corps n’ayant jamais été retrouvé. Le journal de Kaitlyn, la principale suspecte, a été retrouvé dans les décombres et raconte une histoire surprenante, révélant un esprit particulièrement perturbé. Kaitlyn dit être la sœur de Carly, mais d’une manière bien particulière. En effet, elles partagent un même corps : Carly a le jour, Kaitlyn la nuit. Et c’est la nuit que tout se passe, que la « Dead House » se réveille, et que la magie noire entre en action…

Premier roman de l’auteure, magnifiquement mis en valeur par les éditions du Chat Noir (comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus), j’ai adoré suivre Kaitlyn dans son journal, lire les transcriptions de ses entretiens avec la psychologue qui la prenait en charge, prendre connaissance des éléments d’enquête disséminés dans le roman. Kaitlyn est un personnage sombre, torturé. Ce qu’elle semble vivre est hallucinant, et on se demande souvent, au fil de la lecture, si ce qu’elle vit est réel ou fantasmé.

Et le fait que Carly et Kaitlyn partagent un même corps ajoute encore à la confusion ! Existent-elles vraiment toutes les deux ? Carly a-t-elle disparu, ou Kaitlyn, qui serait la personnalité dominante, a-t-elle pris la place ? Tout au long du roman, les questions se posent. Et j’ai adoré ça ! Ne jamais savoir… ou peut-être que si, à la fin ? Vous pensez que je vais vous le dire ? Non non ! 🤪

Un très bon premier roman qui me donne très envie de lire tout ce qu’elle pourra écrire par la suite ! D’ailleurs, j’ai déjà « Ce qui hante les bois » dans ma PAL. Vous en entendrez très certainement parler 😄

« La Dame en Noir » de Susan Hill

Bonjour bonjour ! Aujourd’hui je vous invite à venir avec moi faire un petit tour dans l’Angleterre du début du XXème siècle, à la rencontre de « La Dame en Noir » de Susan Hill, aux éditions L’Archipel.

Le jeune Arthur Kipps travaille en tant qu’avoué dans un cabinet de notaires londonien. Fiancé et avec des projets d’avenir plein la tête, il est mandaté par son cabinet pour aller assister aux funérailles d’Alice Drablow, à Crythin Gifford, puis de trier ses papiers en vue de sa succession. Dans ce petit village du nord de l’Angleterre, les habitants ne lui offrent pas un accueil très chaleureux dès qu’il indique la raison de sa présence. Le manoir de la défunte, perdu au milieu des marais, est évité par les habitants et difficilement accessible. C’est pourtant là qu’Arthur va devoir se rendre. Madame Drablow n’était, semble-t-il, pas très appréciée, l’église est quasiment vide. Arthur ne peut donc que remarquer cette femme en noir, qui va très vite disparaître…

Arthur, au début du roman, est un homme d’âge mûr, marié, avec des enfants. Nous sommes à Noël 🎄 et la tradition dans sa famille est de se raconter des histoires. Toutefois, raconter son expérience à Crythin Gifford lui est difficile, tant les événements y ont été perturbants pour lui. En effet, à l’époque, Arthur était un jeune homme ambitieux, mais pas prétentieux, soucieux de bien faire son travail. Mais ce qu’il va vivre dans ce manoir au milieu des marais va changer toute sa vie, et, grâce à Susan Hill, on se met très facilement à sa place.

J’ai ressenti les mêmes peur, les mêmes malaises qu’Arthur. 😨L’auteure, dans ce roman plutôt court, parvient à nous emmener dans cette campagne anglaise un peu flippante (il y a souvent beaucoup de brouillard, ce qui rend l’atmosphère assez glauque), et nous raconte une histoire particulièrement triste.

Un roman sombre et bouleversant, qui a été adapté, avec plus ou moins de succès, au cinéma (avec Daniel Radcliffe dans le rôle principal), avec lequel j’ai eu peur, mais dont l’histoire m’a aussi beaucoup touchée. Je le relirais avec plaisir ! 😄

« Le Concile de Merlin » de Lionel Cruzille

Salutations à toutes et tous ! Bienvenue au sein de la magnifique intégrale illustrée par Igor Burlakov (aka Dartgarry) proposée par Lionel Cruzille et les éditions L’Alchimiste, j’ai nommé « Le Concile de Merlin » ! ⚔🧙‍♂️

Royaume breton, an 535. Arthur est mort depuis quelques années, et depuis, plus rien n’arrête les envahisseurs Angles et Saxes. Merlin, depuis sa retraite au cœur de Brech El Lean, convoque sa fille Gwendaëlle, des druides et quelques moines influents à une réunion secrète. L’enseignement des druides se perd petit à petit face au pouvoir grandissant de l’Église, et cela l’inquiète. Il dévoile à ses amis un trésor inestimable : des manuscrits sur la vie de Jésus qui remettraient en cause les principes chrétiens. Merlin, dans un souhait de rapprocher les traditions, souhaite partager ce trésor avec tous. Mais le lendemain du Concile, Merlin disparaît, laissant à Gwendaëlle le soin de protéger les manuscrits et de mener à bien sa quête. Une aventure sans précédent s’annonce, la recherche la plus importante de toute sa vie : celle du Graal. La question se pose : Merlin et Arthur auraient-ils découvert le Graal ? Et que serait-il en réalité ?

Lionel Cruzille nous propose ici une trilogie riche d’histoire, bien documentée, et originale. Gwendaëlle est un personnage fort, une femme de pouvoir qui cherche sans cesse le meilleur chemin à prendre. Ses compagnons lui seront d’une grande aide, et chacun « grandit » au contact des autres.

Tous sont bien écrits, et leurs actions et réactions cohérentes. La plume de l’auteur les rend vivants, et on en vient parfois à oublier que « Le Concile de Merlin » est une fiction, tant les références politiques, historiques et religieuses sont bien choisies.

Cette intégrale comporte, dans sa version numérique, environ 900 pages, et 448 dans la version papier que je vous présente ici, et le seul petit défaut que je pourrais lui trouver, c’est la taille des caractères, qui sont tout de même très petits 😅 Toutefois, j’ai été réellement happée par l’histoire et, malgré un tome 2 un peu moins haletant (comme c’est souvent le cas des trilogies, en général), j’ai dévoré ces romans en un temps record.

Si les légendes arthuriennes vous intéressent, que la magie des druides vous attire, n’hésitez pas à vous lancer ! L’intégrale papier est toujours disponible sur le site de la maison d’édition (ici), et si les petits caractères vous font peur, vous pouvez toujours vous la procurer en ebook 😉