« 9 » – L’anthologie anniversaire 🥳

Hello ! 😄 Que vous soyez en vacances ou pas, un petit recueil de nouvelles, c’est toujours bien sympa 😋 Et si on se penchait sur « 9 », la dernière anthologie des Éditions du Chat Noir qui célèbrent leurs (un peu plus de) neuf ans d’existence 🥳 Sophie Abonnenc, Jérôme Akkouche, Céline Chevet, Clémence Godefroy, Gwendolyn Kiste, Emilie Malherbe, Aiden R. Martin, Mathilde Verboz et Jean Vigne ont sortis leurs plus belles plumes à cette occasion 🤗

« Neuf mois.
Une vie.
Il y des chiffres dont la symbolique est profondément ancrée dans notre ADN. Des muses qui ont inspiré nos symphonies aux créatures qui ont fait fantasmer notre imagination et écrit nos mythes, le 9 se retrouve dans toutes les civilisations.
Neuf ans
Neuf vies »



Je ne vais pas vous faire un résumé de chaque nouvelle (ce qui serait un peu compliqué 😅) ni vous donner un avis pour chacune. En effet, chaque auteur propose ici son style, son univers, partant des légendes kabyles pour faire un tour au Japon, ou encore parmi les fantômes du passé, voire dans le thriller ou l’horreur 😱

J’ai beaucoup aimé certaines, d’autres un peu moins, mais c’est très personnel 😅 L’une de ces nouvelles m’a laissée perplexe 🤔 quand une autre m’a fait beaucoup sourire par son originalité 😄

En bref, de bons moments et une très bonne manière de découvrir ces auteurs, dont certains sont publiés ici pour la première fois 😊 Un grand bravo à tous, et un bon anniversaire (un peu en retard) aux Éditions du Chat Noir 🐈‍⬛

🐻🐻🐻🐻/5

« Rêver double » – Couleurs et anagrammes…

Coucou ! Ça va chez vous ? 🤗 Un petit voyage onirique, ça vous dit ? C’est ce que nous propose Mina M. et son magnifique roman « Rêver double » aux éditions du Chat Noir 💙

« Les souvenirs sont-ils fiables ? Pourquoi nous a-t-il abandonnées ? Très tôt, ces questions s’imposent à l’esprit d’Alcidie qui, pour se protéger d’une vérité qui l’effraie, se réfugie dans un ailleurs enchanteur. À l’aube de ses quinze ans, ses perceptions singulières interférent avec son imagination et ses souvenirs, la perturbant, et les frontières entre la réalité et le rêve se dissipent peu à peu, conduisant ces mondes à s’entremêler. Progressivement, Alcidie perd les notions de temps et d’espace. Elle se noie dans son propre esprit. Alors, guidée par d’étranges créatures, elle glisse au sein d’un univers insondable illuminé par un crépuscule éternel : Le Clair-obscur. Y trouvera-t-elle du réconfort ? Un moyen de faire face à ses peurs ? Ou sombrera-t-elle plus profondément encore dans les limbes de son esprit rêveur ? »

Avant de rentrer dans le vif du sujet, j’aimerais attirer votre attention sur le soin apporté par les éditions du Chat Noir aux romans qu’ils proposent. Non mais regardez-moi cette merveille ! Et encore, il est bien plus beau en réalité qu’en photo ! 🤩

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais également remercier Mina M. pour ce superbe marque-page qui, arrivé après lecture du roman, a rejoint bien vite ses pages et me donne envie d’y retourner 🥰





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mina M. n’est d’ailleurs pas uniquement l’auteure de ce roman. Elle en est également l’illustratrice ! Cette couverture est vraiment magnifique. Vous ne trouvez pas ? 😍

Illustratrice de talent, et pour la partie écriture ? Et bien là aussi, l’auteure nous montre ce qu’elle sait faire 😄

Ce roman est une petite merveille. Alcidie est une jeune fille attachante et originale, qui porte une grande attention à ceux qu’elle aime. Partagée entre son désir de savoir pourquoi son père est parti lorsqu’elle était enfant et sa peur de regarder vers le passé, on l’apprécie très vite et on a plaisir à la suivre. On comprend facilement ses raisons. Parce que les réponses pourraient être plus destructrices que les questions…

Mais ce que j’ai surtout aimé dans ce roman, c’est, pour commencer, la profusion de couleurs. Alcidie adore écrire dans des carnets colorés, une couleur par an, avec des encres assorties. J’adore l’idée ! 😄❤🧡💛💚💙💜 Tout est très coloré, plein de nuances, et on visualise sans peine carnets, plumes et encres grâce à une écriture très bien menée.

Tout au long du roman, l’auteure joue également avec les mots. Les anagrammes fleurissent comme le jardin dans lequel évolue Alcidie, apportant une touche supplémentaire à l’histoire. Les mots prennent le pouvoir, les lettres se mêlant de manière poétique. J’ai beaucoup aimé cette façon d’écrire. C’est vraiment très original et montre bien tout le talent de l’auteure à jouer avec les mots. J’en suis d’autant plus impressionnée que, personnellement, je suis totalement nulle avec les anagrammes 😅

L’auteure a su créer un univers onirique riche et intriguant dans lequel on se plonge avec beaucoup de plaisir. J’y est retrouvé ce que j’avais le plus aimé dans « Apostasie » de Vincent Tassy, c’est-à-dire ce côté poético-gothique, avec une touche de la poésie végétale de Louise Le Bars 🍃

Un roman magique, magnifique, rempli d’amour, de jolis mots et de couleurs qui envoûtera tous ces lecteurs ❤🌹

🐻🐻🐻🐻🐻/5

« Les Chuchoteurs – Le Prince des Oubliés » – Manipuler les éléments pourrait leur coûter cher…

Hello ! 😄 Ça va bien chez vous ? Regardez-moi cette magnifique couverture 😍 Oui oui, aujourd’hui je viens vous parler du premier tome de la nouvelle saga de Estelle Vagner : « Les chuchoteurs – Le Prince des Oubliés » 🤫 paru aux éditions du Chat Noir 🐈‍⬛

« Mon jumeau et moi sommes orphelins. À 16 ans, nos problèmes consistent à se trouver une petite amie, arriver à l’heure au bahut et éviter le plus possible devoirs et tâches ménagères. Quant à notre avenir, il nous tend les bras et ne dépend que de nous… Du moins, c’est ce que nous avons toujours cru.

Mais les certitudes n’existent que pour être balayées… par les éléments, qu’une partie de la population peut contrôler par magie. Nous y compris, semble-t-il. Mais ce nouveau pouvoir, en plus de chambouler notre quotidien, implique trop de choses : des vérités qui dérangent, une cible permanente sur notre tête et un choix qui me semble impossible : tuer ou être tué.

Bienvenue dans la communauté des Chuchoteurs, des êtres à part qui manipulent l’eau, la terre, l’air et le feu. Des êtres qui côtoient les cryptides, des créatures mythiques tout droit sortis de nos contes et légendes. Des êtres qui s’entretuent pour toujours un peu plus de pouvoir…

Pour échapper à cela, je ne peux compter que sur un oncle bourru, mon frère Lucas, mon ami Yannick et mon… chien. Aussi fou que cela puisse paraître, il est mon meilleur atout, un as dans la manche qui passe son temps à dormir, baver et à éviter étrangement tous les sujets importants…

Comme ma survie. »

Oh la la ! Oh la la ! Quelle claque ! Que c’était bien ! 😍 Hum. Je disais donc que ce premier tome est vraiment très bon. J’ai adoré Jonah, un peu moins son jumeau, Lucas 🙄 et beaucoup aimé Melchior, le cane corso qui bave un peu… beaucoup 😂 Sans oublier Orion !

Jonah est un peu le « petit frère qu’il faut protéger à tout prix » pour Lucas qui, trop habitué à s’occuper de son frère, ne lui laisse finalement pas la possibilité de faire ses preuves. Les circonstances vont changer la donne, Jonah n’est pas le petit garçon faible que voit son frère, bien au contraire !

On en apprend beaucoup sur les Chuchoteurs, leurs pouvoirs, et ce que cela implique. Manipuler les éléments n’est pas sans conséquences, et les garçons vont très vite l’apprendre, à leurs dépens !

Les extraits du « Journal du Prince des Oubliés » apportent petit à petit des informations qui seront capitales pour la suite de l’histoire. Amenés par intermittence au fil du récit, on pense connaître son auteur, puis on se pose des questions, et finalement on comprend.

Le petit glossaire des cryptides en fin d’ouvrage nous offre un petit résumé de ces étranges créatures, et j’ai beaucoup aimé terminer ma lecture en les retrouvant avant de refermer le livre 🥰

En bref, l’histoire est parfois drôle 😂 (Orion et ses fleurs… 🙄🤣) parfois triste 😥 mais toujours très bien écrite 🤩 et j’ai clairement hâte de pouvoir lire la suite ! 🤗