« Apostasie » de Vincent Tassy

Coucou ! Vous en avez sûrement déjà entendu parler avant, j’ai moi aussi succombé à « Apostasie » de Vincent Tassy aux éditions du Chat Noir 🍂

Anthelme vit en ermite dans une étrange forêt aux arbres écarlates. Ses seuls compagnons sont les livres qu’il emprunte à la bibliothèque du village le plus proche. Un jour, il tombe par hasard sur un ouvrage qui décrit exactement son lieu de vie. Il décide de tenter d’en percer les secrets, et lorsque le maître de la Sylve Rouge, envoûtant et buveur de sang, l’invite dans son donjon, Anthelme choisit de défier la mort pour entendre l’histoire de la princesse Apostasie…

Je l’avoue, je ne sais pas trop comment parler de ce roman 😶 Après un début un peu compliqué pour moi, la plume de l’auteur étant très poétique, j’ai été happée d’un coup, sans le voir venir, et j’ai eu beaucoup de mal à décrocher de ma lecture !

Vincent Tassy nous entraîne avec lui dans ce conte macabre, cette forêt inquiétante où les fleurs ne ressemblent à aucunes autres, où les gens viennent se perdre pour réaliser leurs rêves, où les roses aspirent les souvenirs… Ses personnages sont si réalistes qu’on s’attend à les croiser au détour d’un sentier, à nos risques…

J’ai énormément apprécié ce roman, beaucoup plus que je ne m’y attendais. Come Anthelme, je voulais savoir ce qui était arrivé à Apostasie ! Je voulais l’aider, le soutenir, le sauver, peut-être malgré lui… C’est un rêveur, un passionné, un amoureux de l’imaginaire, et il est si… humain ! On a du mal à garder à l’esprit qu’il n’existe pas réellement.

L’auteur nous offre ici un récit riche et envoûtant. D’ailleurs, je n’en suis encore pas remise. Je crois que moi aussi, comme Anthelme, j’ai été séduite par l’histoire d’Apostasie…

« Nox » de Eloïse Tanghe

Hello ! On continue les lectures du Pumpkin Autumn Challenge avec « Nox » de Eloïse Tanghe (et cette sublime couverture !) aux éditions du Chat Noir 😍

Pour une fois, je ne vais pas vous faire de résumé… pas vraiment… voilà ce que nous dit la 4ème de couverture : « Dans les couloirs glacés d’un asile, des voix chuchotent à votre esprit. Elles vous murmurent une destination, un village. Vous soufflent des images. Un lac cerné de neige. Une église souillée. Un brasier et les cris qu’il renferme. Elles vous content une histoire de sorcières. Vous narrent ses chapitres maudits. Sous un linceul de cendres, git une vérité que nul habitant ne pourra plus ignorer. Leurs secrets. Leurs peurs. La vôtre. Il est déjà trop tard. Bienvenue à Clairemont. »

Je me suis lancée avec ça : une couverture qui m’a tapé dans l’œil, et un résumé qui en dit très peu… Une histoire d’asile, de voix, de sorcières, il ne m’en a pas fallu plus pour me tenter !

Et je ne regrette pas du tout 😄 J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure, qui m’a embarquée très rapidement. J’ai aimé les chapitres alternant Thea, Elias, et ce personnage omniprésent, inquiétant, qui nous raconte une histoire d’amour tragique…

J’arrête là avant d’en dire trop. N’hésitez pas ! Une très bonne lecture à s’offrir en cette saison 😉

« La fille qui tressait les nuages » de Céline Chevet

Hello ! Ça va chez vous ? Je viens vous parler de « La fille qui tressait les nuages » ☁️ de Céline Chevet, aux éditions du Chat Noir.

À Saitama-ken, au Japon, Haru enroule les nuages au bout de ses doigts et les tresse en leur donnant d’autres formes. Elle quitte rarement Julian, encore sous le coup de la mort de la sœur de Souichiro, dont il était follement amoureux. Haru lui souffle à l’oreille des soupçons qu’il ne veut pas voir mais qui lui font se poser beaucoup de questions sur cette mort dont il ne garde aucun souvenir…

Roman très apprécié par beaucoup, j’ai voulu tenter. Malheureusement, ça ne l’a pas fait avec moi 😕 Je n’ai pas réussi à entrer dans l’univers de l’auteure et j’ai fini par abandonner à la moitié du livre…

Je n’ai pas accroché du tout avec le style, avec l’histoire, que j’ai trouvée un peu décousue, et encore moins avec les personnages, qui sont selon moi le principal problème. En effet, je n’ai pas réussi à éprouver de sympathie pour les différents protagonistes : Haru est impertinente et indéfinissable, Julian complètement perdu et semble incapable de décider de quoi que ce soit tout seul, et Souichiro… le pire de tous pour moi. Froid, calculateur, ne pense qu’au sexe et aux femmes avec qui il couche ou pourrait coucher… et ces personnages sont âgés de 17 et 18 ans…

J’attendais une histoire sur le deuil chez les adolescents, la maniere d’appréhender le décès d’une personne aimée, et je me suis retrouvée dans une histoire où secrets, esprits séculaires, histoires de fesse se mélangent dans un meli-melo peu compréhensible pour moi.

Arrivée à la moitié du roman, je me suis rendue compte que je n’y prenais aucun plaisir 😔 J’ai donc décidé d’abandonner ma lecture, ce qui m’arrive très rarement 😶

Je ne suis pas sûre que le style de cette auteure me corresponde 🤔