« Meurtre : Mode d’Emploi » de Holly Jackson

Coucou ! Ça va vous ? On est vendredi ! 🤗 Ça vous dirait de mener l’enquête avec moi dans « Meurtre mode d’emploi (à l’usage des jeunes filles) » de Holly Jackson, publié aux éditions Casterman ? Allons-y !

Pippa, jeune lycéenne de terminale, a décidé de réouvrir une vieille affaire : le meurtre de Andie Bell et le suicide de Sal Singh, son petit ami, qui s’était accusé du crime. Tout le monde est persuadé de la culpabilité de Sal, sauf Pippa, et son enquête va l’amener à découvrir des secrets compromettants d’André. La liste des suspects prend forme, mais Pippa, à force de creuser, se trouve menacée à son tour. Son enquête dérange visiblement…

Thriller YA très sympa, j’ai beaucoup aimé suivre l’enquête avec Pippa, qui est un personnage original, même si ma préférence va à Ravi, le frère de Sal, que j’ai trouvé drôle et attachant 😊 L’intrigue est bien menée et on a du mal à imaginer la suite des événements, et surtout qui est le vrai coupable ? Bon, c’est vrai, j’avais quand même un doute avant le dénouement 😶 Mais c’était tout de même bien écrit 😁

Et j’ai également beaucoup aimé le travail éditorial sur ce roman : notes de Pippa, schémas, copies d’agenda, tout est fait pour nous plonger dans l’enquête avec Pippa et c’est très agréable de ne pas avoir la sensation de n’être que spectateur 😄

Un roman que j’ai dévoré en quelques heures, vraiment un très bon moment 🤗

« La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert » de Joël Dicker

Bonjour tout le monde ! Aujourd’hui, un article que je garde sous la main depuis plusieurs mois, en hésitant à le publier… et puis je me suis dit que, après tout, il n’y a aucune raison de le garder pour moi. Et donc voilà, je vous livre mon avis sur « L’affaire Harry Quebert » de Joël Dicker, aux éditions De Fallois.

Vous en avez certainement entendu parler, c’est un best-seller… mais voici tout de même un petit résumé.

Marcus Goldmann, en plein syndrome de la page blanche, apprend que son ami et mentor, Harry Quebert, est accusé d’avoir assassiné Nola Kellergan en 1975, alors qu’elle n’avait que 15 ans. Mais Marcus refuse de le croire et quitte New York pour le New Hampshire, où il va enquêter de son côté pour mettre au jour la vérité.

Je sais que ce roman, adapté par Jean-Jacques Annaud pour la télévision, a été particulièrement apprécié pour une majorité de lecteurs. Je n’en fais malheureusement pas partie…

En effet, j’ai eu beaucoup de mal a apprécier le style de l’auteur ; beaucoup trop de répétitions, de phrases qui ne servent à rien, voire des « copier-coller » de passages entiers ! J’ai d’ailleurs « sauté » de nombreux passages, les ayant déjà lus plus tôt dans le roman. Sans compter que ces répétitions, au final, n’apporte absolument rien au récit !

Les personnages de Joël Dicker sont insupportables, et en particulier les femmes. On y trouve les pires défauts dans leurs caractères : racisme, homophobie, ne pensent qu’à l’argent, à « caser » leurs enfants avec quelqu’un ayant « une bonne situation », et au niveau intellectuel particulièrement bas, voire carrément folle pour l’une d’entre elles…

Sans parler de la soit-disant histoire d’amour en Harry et Nola, que je n’ai pas compris… On n’apprend rien sur leurs sentiments, comment ils naissent, se développent. L’auteur se contente de nous dire « ils s’aimaient », mais ce n’est pas crédible, je n’ai pas réussi à y croire.

À une centaine de pages de la fin, l’auteur nous offre une « jolie » accélération dans l’histoire (il était temps…), où les suspects se succèdent, mais là encore, je n’y croyais pas. On a plutôt l’impression que même lui ne savait pas qui il allait décider de rendre coupable du crime !

Très franchement, arrivée à presque 300 pages lues sur les 857 que compte ce roman, je me suis même posé la question : allais-je terminer ce bouquin qui m’insupportait ou le laisser tomber ? Mais je suis très têtue et je me suis accrochée (en pestant contre l’auteur…) et je suis allée au bout. J’arrête très rarement un livre en cours, je crois même que ça ne m’ait arrivé qu’une fois… et vu le prix de ce bouquin, franchement, aussi énervant soit-il, je ne voulais pas lâcher et proposer un article complet, avec des arguments clairs pour étayer mon ressenti.

Donc voilà, pour moi, ne perdez pas votre temps à lire ce livre ! j’ai « perdu » moi-même quelques jours (et quelques euros…) et je pense que ce sera mon dernier roman de cet auteur.

« Un cri sous la glace » de Camilla Grebe

Hello tout le monde !

Parlons un peu de « Un cri sous la glace », de Camilla Grebe, aux éditions Calmann-Levy. Il aura été mon premier livre commencé et fini en 2020 😄 Malheureusement, ça ne sera pas le premier coup de cœur de l’année :/

Emma travaille comme vendeuse dans une boutique de vêtements d’une grande chaîne suédoise. Elle fréquente Jesper, son patron, sans que personne ne le sache, bien qu’ils soient fiancés. Jusqu’au jour où le cadavre décapité d’une femme non identifiée soit retrouvé à son domicile. Jesper a disparu sans laisser de traces, et Emma ne peut pas parler de leur relation, malgré ses inquiétudes, elle a promis… Peter, policier, et Hanne, profileuse, vont mener l’enquête malgré leur passé commun difficile et la maladie de Hanne, qu’elle cache à tout son entourage…

J’ai été un peu déçue. « Un cri sous la glace » est un polar suédois plutôt pas mal, l’intrigue est assez bien menée, mais les personnages… les personnages ! Comment dire…

Et bien, Emma est une jeune femme orpheline, fragile, naïve, apparemment manipulée par son petit ami, qu’elle cache aux yeux de tous… Peter serait plutôt du genre à ne pas prendre ses responsabilités. Pire ! Il les fuit dès qu’elles se présentent à lui… Il est incapable de s’investir dans une relation, que ce soit avec une femme ou avec son propre fils. C’est un lâche qui n’assume pas ses actes. Et Hanne, soumise à son mari, se lamente sur son sort, subit sa maladie…

Je n’ai pas franchement aimé ce livre, il faut bien le dire. J’ai été assez déçue de l’intrigue, qui pourtant était assez prometteuse. Mais j’ai trouvé trop de longueurs, et la fin un peu trop « facile » 🙁

Tant pis, ce n’est que le premier de l’année, beaucoup d’autres suivront 😉