« Meurtres pour rédemption » – quand la liberté a un prix…

Bonjour tout le monde ! 😄 Aujourd’hui, petite incursion dans le milieu carcéral en compagnie des éditions Pocket et de Karine Giebel 🗝🚪

Marianne a 20 ans. Son seul horizon : les barreaux de sa cellule, qu’elle ne quittera jamais, condamnée à perpétuité. Violente, incontrôlable, elle survit aux humiliations et aux brutalités quotidiennes. Son seul espoir de s’échapper un tant soit peu réside dans la drogue, les livres et les trains dans lesquels elle rêve de monter. Jusqu’au jour où une porte vers la liberté semble s’ouvrir à elle. Mais à quel prix ?

Beaucoup ont lu ce roman avant moi, et les avis sont souvent assez tranchés : on adore ou on déteste. L’auteure est bien connue pour sa plume franche et directe, sans concession.

Là encore, on a droit à une histoire dure, violente, parfois difficile à lire tant ce que vit Marianne est insoutenable et révoltant. Les « trigger warning » sont nombreux : violences physiques et morales, drogue, viols… mais rien n’est écrit sans raison.

Marianne est une jeune femme violente, certes, mais son histoire est elle aussi difficile. Sans jamais excuser ses actes, l’auteure nous dépeint un personnage particulièrement réaliste et auquel on ne peut que s’attacher.

Le rythme est parfois un peu lent, on trouve quelques longueurs au fil du roman, mais rien de bien dérangeant. Les presque 1000 pages du roman défilent les unes après les autres sans qu’on s’en rende forcément compte. Et la fin ! Elle m’a littéralement brisé le cœur 💔

En résumé, encore un roman de Karine Giebel qui est loin de m’avoir laissée de marbre ! Un roman sombre, dur, violent, duquel on ne sort pas indemne. Je crois que je n’oublierai jamais Marianne… 🥺

« Les brumes affamées » – frissons garantis

Hey coucou ! 😄 Ça va chez vous ? J’espère que vous avez du soleil, parce que je vous emmène dans « Les brumes affamées », dernier roman de Dawn Kurtagich récemment paru aux éditions du Chat Noir. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’ambiance est au rendez-vous ! 😈

3 femmes, 3 époques.
Zoey, de nos jours, obsédée par Mill House, qui semblerait avoir un lien avec l’amnésie de son père, fugue pour tenter de percer le secret des ruines de cette ancienne demeure…
1851, Roan vient d’emménager à Mill House suite au décès de son père. Elle doit y vivre avec son nouveau tuteur et y fait la rencontre d’autres orphelins. Quand les brumes commencent à se refermer autour du manoir, il est déjà trop tard pour s’enfuir…
1583, Hermine vient d’arriver sur l’emplacement du futur manoir de Mill House avec son époux. Bientôt, des disparitions soudaines entraînent des rumeurs de rituels démoniaques…
Le point comment entre ces 3 jeunes femmes ? Un pacte signé par une homme plus de 1000 ans auparavant…

Un résumé qui en dévoile bien assez pour m’avoir tout de suite donné très très envie de me plonger dans ce nouveau roman de l’auteure, que j’avais découverte avec son excellent roman « The Dead House » dont je vous parlais ici.

Encore une fois, l’auteure nous emmène dans un univers sombre, angoissant, avec une mise en scène extrêmement ingénieuse. Le travail éditorial mené sur ce livre est absolument génial, mêlant photographies, extraits de journaux et retranscriptions de vidéos…

Les 3 personnages féminins ont leurs particularités, et même si on suit principalement Roan, les autres ont tout autant de choses importantes à dire.

J’ai à nouveau beaucoup aimé le style de l’auteure, résolument gothique . Poussant parfois jusqu’au sanglant (mais pas trop, si ça vous fait trop peur 😉), c’est toujours pour donner encore plus de profondeur à son récit, et on tourne page après page en ayant des frissons 🥶 mais sans pouvoir s’en détacher pour autant.

Encore une fois avec cette auteure (que je compte bien suivre encore longtemps !), un véritable coup de ❤ pour moi ! 😄

« La Faucheuse – Le Glas » (tome 3) de Neal Shusterman

Coucou bonjour ! 😄 Nous revoilà à nouveau dans la dystopie de Neal Shusterman, toujours aux éditions Robert Laffont dans leur Collection R 💀

Dans un monde qui a conquis la mort, l’humanité sera-t-elle anéantie par les êtres immortels auxquels elle a donné naissance ?

Pour une petite piqûre de rappel, les articles sur les tomes 1 et 2 sont ici et ici 😉

Et voilà, c’est le dernier tome 🥺 J’en aurais voulu encore ! La fin du tome 2 était telle que j’avais enchaîné avec celui-ci, « Le Glas ». Quelle trilogie ! Un coup de cœur ❤

Comme je le disais dans l’article sur le premier tome, j’ai découvert ici Neal Shusterman, et je suis très loin d’être déçue ! J’ai adoré ses personnages, leurs caractères, je me suis plongée dans l’histoire comme si je la vivais. Tout est extrêmement réaliste, et fais réfléchir. Comment seraient nos vies si la mort n’en faisait plus partie ?

Certains personnages sont très attachants, d’autres, clairement beaucoup moins, mais ce sont les grands méchants de l’histoire (ou les plus antipathiques, pour le moins) donc… 😅

Le rythme monte crescendo tout au long de ce tome pour une fin en apothéose 🎆 À aucun moment on ne s’ennuie, et même si parfois les choses semblent stagner, prennent un peu plus leur temps, tout fini par prendre sens.

Au final, une excellente trilogie que je suis très très contente d’avoir découvert, et que je conseille à tous ! 🥰