« Le bureau des défunts 1 – Votre mort nous appartient » – Votre mort ne vous appartient plus, et votre vie ?…

Hello ! 😄 Comment ça va chez vous ? Bientôt le week-end, vous avez prévu quoi de beau ? Je peux vous conseiller un petit livre bien sympa de Antoine Lencou, « Le bureau des défunts – Votre mort nous appartient », aux éditions L’Alchimiste 😁

« Roïn Venkoo veut en finir avec sa vie qu’il juge absurde. Sauf que dans ce monde parfait, au bonheur obligatoire et policé, tout est réglementé. Pour mourir, il lui faut demander l’autorisation… qu’on tarde à lui donner. Les machines sont formelles : il faut attendre. Alors, Roïn craque et passe outre. Il se jette du haut d’un immeuble et… est ressuscité. De force, puisqu’il n’avait pas obtenu la permission. Les mâchoires de la société se referment sur lui.

S’ensuivent un procès et une sentence : l’interdiction de mourir pour un minimum de cent sept ans adjointe d’une obligation de travailler dans une officine d’état. Au désespoir, Roïn choisit le Bureau des Défunts, l’administration qui veille sur la mort des citoyens… Son choix est-il un hasard ? Car dès lors, Roïn va faire d’incroyables découvertes… »

Premier tome d’une série qui va, pour le moment, en compter 4 d’ici la fin de l’année, il se lit tout seul. Tout se passe dans le futur, et ça se voit ! Les meubles ne sont plus de simples meubles, la déco non plus, les gens ne sortent quasiment plus de chez eux (le télétravail, toussatoussa 😄)…

Roïn est un personnage complexe, qui se pose beaucoup de questions sur la mort, dans un monde où elle n’existe pour ainsi dire plus ou presque. Il s’inquiète énormément de ce que deviendrait sa conscience, de ce qu’elle est peut-être déjà devenue : est-il déjà mort auparavant ? Et dans ce cas, qu’est-il resté exactement de ce qui fait qu’il est « lui » ? Et quand il mourra, que deviendra-t-il ?

Sa compagne, Olcéana, artiste particulièrement originale, ne le comprend pas, à l’instar de beaucoup de monde. Et d’ailleurs, on ne la comprend pas toujours non plus 😅 Elle passe son temps à créer de nouveaux vêtements, et à modifier l’apparence des meubles et de la déco. Elle est le reflet d’une partie de cette société qui ne vit plus que dans l’apparence.

D’autres, à l’inverse, pensent surtout à faire du profit quoi qu’il en coûte, et changent d’identité comme on changerait de chemise…

L’auteur a un style bien à lui, sarcastique et second degré, que j’ai beaucoup apprécié. Il a su intégrer la technologie des droïdes absolument partout (y compris dans les coussins du canapé 😆), et on s’y fait très vite ! Le canapé te propose un petit massage ? Normal ! 😂

Tout est bon dans ce roman : le style, l’intrigue, les personnages… surtout le coussin droit, peut-être bien mon préféré 😄 Et la suite promet d’être aussi prenante, au vu des révélations de ce premier tome ! J’ai hâte de lire la suite ! D’ailleurs, les tomes 2 et 3 sont déjà disponibles, et le tome 4 est prévu pour début novembre 😉

« La Complainte des Ombres » – Si vous le pouviez, voudriez-vous être immortel ?…

Hey ! Coucou vous ! 😄 Ça va bien ? Le temps passe… ⌛ c’est le moins qu’on puisse dire ! Il est donc largement l’heure pour moi de venir vous parler de « La complainte des ombres » de Florian Paret, duologie parue aux éditions L’Alchimiste 🕰

« Descendant d’une longue lignée de maîtres horlogers, le jeune Elvin Rivière semble tout indiqué pour reprendre l’affaire familiale. Pourtant, derrière ce métier en apparence banal, son père exerce une activité bien plus obscure dont Elvin semble être le seul à ignorer la nature. Pourquoi tous les habitants de Vilelune semblent-ils convaincus qu’Émeric Rivière est un sorcier ? À quels sombres desseins s’adonne-t-il, chaque soir, derrière la porte close de son atelier ?

Rejeté de tous en raison des mystères qui entourent son père, le fils de l’horloger vit une enfance solitaire jusqu’à sa rencontre avec un garçon tout aussi énigmatique que lui, accompagné d’une ombre étrange qui semble animée d’une volonté propre…

Cependant, tandis qu’Elvin consume ses plus belles années, il ignore qu’une sombre réalité viendra bientôt bouleverser son existence. En effet, il pourrait bien devenir l’héritier d’un savoir ancestral inestimable pour lequel d’aucuns seraient prêts à tuer. Que peut alors faire Elvin quand une silhouette inquiétante commence à suivre sa route et que se dessinent en lui les premiers symptômes de l’Obsession ? Et surtout, que pourra-t-il faire le jour où la mort viendra frapper à sa porte ? »

Voilà une duologie originale que j’ai beaucoup aimé lire, même si la slow fantasy n’est pas forcément mon sous-genre préféré 😅 En effet, l’histoire prend son temps (sans vouloir faire de mauvais jeu de mot 🤭) mais vaut la peine. L’auteur sait où il veut nous amener, et le fait avec brio.

Elvin n’est pas forcément un personnage que je qualifierais d’attachant, je l’ai même souvent trouvé agaçant 🙄 Il faut bien le dire, c’est un personnage assez égoïste, qui se ment à lui-même en ne voulant pas admettre qu’il a un problème. Sa peur de mourir prend toute la place, et il en oublie que ses actes ont souvent pour conséquences de faire souffrir ceux qu’il aime.

Sa peur de la mort et de ce qu’il y a (ou pas) après prend toute la place et devient obsessionnelle. Il ne pense plus qu’à une chose : s’en préserver, et donc cherche l’immortalité, sans se demander ce que cela implique…

Sa quête des « mots de pouvoir » nous amène finalement nous aussi à réfléchir sur notre manière de vivre notre vie, sur ce que nous faisons du temps que nous avons. À sa place, que ferions-nous ?

Rien que pour ça, je suis très contente d’avoir eu l’occasion de lire ces romans 🤗