« Meurtres pour rédemption » – quand la liberté a un prix…

Bonjour tout le monde ! 😄 Aujourd’hui, petite incursion dans le milieu carcéral en compagnie des éditions Pocket et de Karine Giebel 🗝🚪

Marianne a 20 ans. Son seul horizon : les barreaux de sa cellule, qu’elle ne quittera jamais, condamnée à perpétuité. Violente, incontrôlable, elle survit aux humiliations et aux brutalités quotidiennes. Son seul espoir de s’échapper un tant soit peu réside dans la drogue, les livres et les trains dans lesquels elle rêve de monter. Jusqu’au jour où une porte vers la liberté semble s’ouvrir à elle. Mais à quel prix ?

Beaucoup ont lu ce roman avant moi, et les avis sont souvent assez tranchés : on adore ou on déteste. L’auteure est bien connue pour sa plume franche et directe, sans concession.

Là encore, on a droit à une histoire dure, violente, parfois difficile à lire tant ce que vit Marianne est insoutenable et révoltant. Les « trigger warning » sont nombreux : violences physiques et morales, drogue, viols… mais rien n’est écrit sans raison.

Marianne est une jeune femme violente, certes, mais son histoire est elle aussi difficile. Sans jamais excuser ses actes, l’auteure nous dépeint un personnage particulièrement réaliste et auquel on ne peut que s’attacher.

Le rythme est parfois un peu lent, on trouve quelques longueurs au fil du roman, mais rien de bien dérangeant. Les presque 1000 pages du roman défilent les unes après les autres sans qu’on s’en rende forcément compte. Et la fin ! Elle m’a littéralement brisé le cœur 💔

En résumé, encore un roman de Karine Giebel qui est loin de m’avoir laissée de marbre ! Un roman sombre, dur, violent, duquel on ne sort pas indemne. Je crois que je n’oublierai jamais Marianne… 🥺

« D’ombre et de silence » de Karine Giebel

Hello hello ! 😊 Ça va vous ? Moi… comme un lundi 😅 Et aujourd’hui, j’ai envie de vous emmener dans l’univers sombre de Karine Giebel avec la complicité des éditions Pocket 😉 dans son petit recueil de nouvelles, « D’ombre et de silence » 💀

Un recueil dont on ne revient pas indemne… Pas de résumé cette fois, ce sont des nouvelles… mais un avertissement. Si vous avez le cœur sensible, l’âme fragile, ne le lisez pas ! En effet, ici il est question de violences conjugales, de viols, de harcèlement, de suicide… Oui oui, tout ça est très joyeux, n’est-ce pas ?

Et pourtant, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Karine Giebel est toujours assez « dure » dans son style, dans ses écrits. Et pourtant, aussi crues soient ses histoires, elles sont ancrées dans la réalité. Rien ne nous est épargné. Dans ces nouvelles, ce sont principalement des femmes qui subissent, qui sont agressées. J’y vois, non pas un étalage de violence, comme certains pourraient le penser, mais plutôt un témoignage, une manière de dire « vous voyez, ça, ce n’est pas de la fiction, ça peut arriver à n’importe qui ». 

Désolée, tout ça n’est pas très joyeux 😅 L’auteure nous rappelle juste à sa façon qu’il faut profiter de la vie, que tout peut basculer à tout moment. 

Certaines nouvelles sont quand même bien trashy et je ne les conseille pas à tout le monde. Il faut avoir le cœur bien accroché 😶

« Terminus Elicius » de Karie Giebel

Hello tout le monde ! Ça va bien ? 🤗 Et si on partait (virtuellement) en train du côté de Marseille avec « Terminus Elicius », en compagnie de  Karine Giebel et des éditions Pocket ? 🚉

Jeanne, célibataire de moins de 30 ans qui vit avec sa mère, prend chaque jour le train Istres-Marseille pour se rendre à son travail, dans un commissariat marseillais où elle est secrétaire. Tous les jours, le même trajet, un quotidien peu épanouissant. Jusqu’au jour où, glissée à la place qu’elle occupe quotidiennement dans le train, l’attend une lettre, « Vous êtes si belle, Jeanne », une déclaration d’amour… 💌 seulement, c’est un monstre qui lui écrit, un tueur, qui a jeté son dévolu sur elle…

L’auteure nous emmène ici dans le dilemme de Jeanne : tout garder pour soi, ou dénoncer Elicius ? D’autant qu’elle côtoie dans son travail le policier chargé de l’enquête, qui ne la laisse pas indifférente… Jeanne est un personnage complexe, qui se pose énormément de questions, psychologiquement fragile, ce qu’on comprend assez vite. Difficile d’ailleurs de s’attacher à ce personnage tant ses réactions laissent perplexe 🤔🙄

L’intrigue, relativement prévisible, apporte tout de même sa petite surprise finale. Le roman est plutôt court (à peine 250 pages), mais l’intrigue suffisamment bien menée. Ça ne sera pas un de mes préférés de l’auteure, mais j’ai malgré tout passé un bon moment de lecture 😊