« Boudicca » de Jean-Laurent Del Socorro

Bonjour à tous et bienvenue dans la Grande-Bretagne de l’an 1 après J.-C. en compagnie de « Boudicca », racontée par Jean-Laurent Del Socorro, avec la complicité des éditions ActuSF 😁

L’empire romain poursuit ses invasions et, après la Gaule, décide de débarquer sur l’île de Bretagne. Seulement, les clans Celtes ne sont pas tous d’accord pour abandonner leurs traditions et s’agenouiller devant l’envahisseur. Boudicca, cheffe du clan icène, va leur tenir tête et faire trembler les aigles romains…

« Boudicca » a été le premier roman que j’ai lu de cet auteur. Et vraiment, j’ai beaucoup aimé. Lu pour un challenge littéraire organisé par RedBlueMoon, je partais avec quelques a priori (qui venaient de je ne sais où, d’ailleurs…). Après avoir beaucoup entendu parler de Jean-Laurent Del Socorro, en bien la plupart du temps, je ressentais une certaine pression, je craignais de ne pas aimer. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ce roman historique, et j’ai clairement eu raison de me lancer ! 

J’ai beaucoup aimé découvrir la vie de Boudicca, qui a réellement existé. Bien sûr, une partie de son histoire est largement romancée, toutefois, je suppose qu’il y a une grande part de réalisme dans ce roman. Une manière de découvrir la vie d’une grande guerrière, féministe avant l’heure, dans un pays où la diversité était très importante et aux valeurs fortement ancrées en chacun.

Si l’on en croit l’auteur (et il n’y a pas de raison de ne pas le faire), Boudicca était une femme forte, à la personnalité bien affirmée. Jean-Laurent Del Socorro nous peint ici un tableau de la « Bretagne » d’alors où le peuple celte, divisé en différents clans, est organisé autour de chefs charismatiques, dont Boudicca faisait clairement partie.

J’ai beaucoup apprécié la vision du couple, des amours, le respect envers les choix de chacun. Ainsi, aimer un homme, une femme, ou les deux est parfaitement normal. C’était très appréciable de trouver cet état d’esprit dans un roman aussi bien écrit.

J’ai découvert un auteur au style bien à lui, et difficile à décrire. J’ai d’autres romans qui m’attendent dans ma « petite » Pile À Lire, mais ils seront lus avec plaisir ! Si vous ne connaissez pas encore cet auteur, lancez-vous ! 😀

Et si on parlait… critiques négatives ?

Bonjour bonjour ! J’aimerais aborder un sujet qui a déjà été traité, que ce soit sur BookTube ou sur d’autres réseaux : les avis négatifs. Faut-il ou non les partager ?

Peut-être avez-vous un blog, une chaîne YouTube, un compte Instagram ou une page Facebook et vous aimez y partager vos lectures. Ou peut-être que ce n’est pas le cas mais que vous en parlez avec vos amis, vos proches, vos collègues, etc. Et si c’est le cas, vous avez sûrement déjà été confrontés à des avis qui diffèrent du vôtre. Vous avez adoré un livre, mais on vous soutient qu’il est mauvais ? Ou, au contraire, vous avez détesté un livre que d’autres adorent ?

Et bien comme vous, toutes mes lectures ne me plaisent pas. Je suis parfois déçue par un roman, une écriture, un style, une histoire, et si vous allez jeter un œil sur mes autres articles, vous y trouverez mon avis très négatif sur « L’affaire Harry Quebert » de Joël Dicker qu’une majorité de lecteurs a adoré alors que je l’ai cordialement détesté ! Si vous lisez mes autres articles, vous remarquerez que mes avis sont parfois très positifs, parfois moins. Toutefois, ils ont tous un point commun : je ne parle que de MON avis personnel, sans dénigrer pour autant l’auteur ou ses lecteurs.

Et pourtant, j’ai pu à plusieurs reprises, en particulier sur BookTube, entendre des paroles très dures comme « c’est de la merde », « c’est tellement mal écrit », ou encore parler d’un livre comme d’une « feuille de PQ »… et oui, tout ça est très dur et virulent… Ça me hérisse le poil quand j’entends ce genre de chose ! Ce ne sont pas des critiques négatives, ce sont des jugements de valeur, ce n’est pas la même chose ! Une critique, négative ou non, permettra à chacun d’évoluer. Un jugement ne concerne que celui qui l’énonce ! Ce n’est pas se tourner vers l’autre mais plutôt rester autocentré…

D’ailleurs, vous savez quoi ? Eh bien j’ai adoré la trilogie « 50 Nuances » ! Vous avez détesté ? Tant mieux ! Il en faut pour tous les goûts ! J’ai tenté un roman de Fred Vargas et j’ai abandonné au bout d’une page, je n’accrochais pas du tout au style de l’auteure… J’ai lu récemment « L’étrange bibliothèque » de Haruki Murakami, et je n’ai rien compris… J’ai beaucoup aimé tous les livres de Stephen King que j’ai pu lire, à part « Jessie », que j’ai trouvé TRÈS long… Je pourrais trouver d’autres exemples mais je pense que vous avez compris.

Et alors ? Est-ce que ça fait de moi quelqu’un de moins légitime à parler de mes lectures ? Ou vous ? Bien sûr que non ! Est-ce que ça fait de moi une personne à l’intelligence limitée ? La réponse est encore non ! Est-ce que ça fait de ces auteurs de « mauvais » auteurs ? Là encore je dis NON !

Dans ma vision de lectrice qui aime beaucoup de genres différents, et qui passe souvent de l’un à l’autre, je prône plutôt une ouverture vers l’autre. Ce n’est pas parce que je n’ai pas aimé un livre que tous doivent le détester, ou si j’ai un coup de cœur, tout le monde n’est pas obligé de faire de même ! Ce n’est pas parce que vous aimez un livre que je n’aime pas que vous valez moins que moi !

Et pourtant, quand j’entends des critiques virulentes comme j’en ai donné des exemples plus haut, je ne peux m’empêcher de mal le prendre. Je suis une personne sensible, qui tient beaucoup à garder respect, bienveillance et empathie pour les autres. Alors entendre ce genre de choses, je dis NON ! Ce n’est PAS entendable !

Même si je n’aime pas un livre, je ne me permettrais pas de dire que l’auteur est mauvais et/ou qu’il a écrit de la merde ! C’est manquer de respect à l’auteur, à la maison d’édition et à son personnel qui ont choisi de le proposer au public, ainsi qu’aux lecteurs du livre ! Il ne faut jamais oublier que chaque mot que l’on écrit, chaque parole que l’on prononce est susceptible de faire du mal à quelqu’un. RESPECT est le maître mot.

On ne peut pas tout aimer, et tant mieux ! Chacun trouvera son bonheur dans des choses différentes, et c’est là la beauté de la vie ! Il en faut pour chacun d’entre nous, sans censure aucune ! On ne me fera pas changer d’avis si facilement. Pour moi, chacun a sa sensibilité propre, ses goûts, et ce sont nos différences qui font la richesse du monde, dans tous les domaines ! 

Et si on en parlait ?

« Elantris » de Brandon Sanderson

Coucou tout le monde ! J’espère que vous allez tous bien en cette période un peu… compliquée 🤗

Je reprends mes publications (ça me manquait mais pas moyen de m’y remettre…) avec la lecture commune à laquelle j’ai participé, organisée sur Instagram par @sophie_reads et @les.lectures.de.sandora au mois de mars.

Et oui, nous avons lu « Elantris » de Brandon Sanderson dans la belle version des éditions Le Livre de Poche 🥰 

Bienvenue à Elantris, magnifique cité, capitale de l’Arélon… enfin, magnifique il y a encore 10 ans, jusqu’à ce qu’une étrange malédiction frappe la ville et ses habitants… autrefois vénérés, ils sont désormais craints et mis à l’écart. Kaë est devenue la nouvelle capitale. Raoden est amené à diriger le royaume aux côtés de Sarène, sa fiancée, qui doit le rejoindre. Seulement, à son arrivée, elle apprend que Raoden est mort et elle se retrouve veuve avant même de l’avoir rencontré… Sarène décide de rester et de percer le mystère qui entoure Elantris… Dans le même temps arrive Rhathen, prêtre en armure bien décidé à convertir le royaume à tout prix… Que cache Elantris ? Raoden est-il mort, et comment ?

Mikaela en parle assez souvent sur sa chaîne YouTube Le Livre Ouvert , elle avait beaucoup aimé, et je comprends pourquoi !

« Elantris » a été mon premier roman de l’auteur, et quel plaisir ça a été de pénétrer dans la cité, de suivre les différents personnages, les intrigues, les rebondissements ! Les personnages sont extrêmement bien écrits, rendus très réalistes dans leurs paroles et leurs actes. J’ai particulièrement aimé le personnage de Rhathen, beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord…

L’auteur a une plume addictive, le récit est clair et l’univers vraiment bien construit. « Elantris » a été son premier roman édité, et, d’après ce que j’ai pu lire ou entendre, ça ne serait pas son meilleur ?! Soit, dans ce cas, il me faut ses autres romans, parce que j’ai vraiment aimé sa façon d’écrire 🥰

Et vous, vous l’avez lu ? D’autres romans de cet auteur ? Vous avez participé à la lecture commune ? (Nous étions nombreuses, je ne peux pas taguer tout le monde 😅)