« Elevation » de Stephen King

Je viens de terminer ce petit roman, enfin cette nouvelle, de Stephen King. Vous voyez qui est Stephen King ? Une petite piqûre de rappel ? Ok !

Le petit Stephen est né à Portland, dans le Maine, le 21 septembre 1947. Il publie son 1er roman (« Carrie ») en 1974 (qui sortira en France 2 ans plus tard), après avoir été édité dans plusieurs magazines américains. On lui connaît aujourd’hui une soixantaine d’écrits, allant de l’horreur (ce qui lui a valu son statut de « maître de l’horreur) au fantastique, la fantaisie, la SF ou le polar. Un auteur plutôt prolifique, vous en conviendrez ^^

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler de « Élévation », cette nouvelle de 147 pages éditée par Le Livre de Poche, dont voici le résumé :

Scott Carey, concepteur de sites web interconnectés de 1m90 avec un léger embonpoint, vit à Castle Rock. Un matin, il rend visite à son ami et médecin à la retraite Bob Ellis pour lui parler d’un problème plutôt étrange : Scott perd du poids de façon régulière, mais son apparence ne change pas… quoi qu’il porte comme vêtements, qu’il soit nu ou habillé, son poids est toujours le même… Jusqu’où va aller sa perte de poids ? Et après, que se passera-t-il ? Dans le même temps, Scott doit gérer ses nouvelles voisines et leurs chiens, qui viennent faire leurs besoins sur sa pelouse… Les relations entre Scott et le couple sont tendues, mais lorsqu’il apprend que leur restaurant est en péril, il n’hésite pas à se mettre en 4 pour les aider, oubliant sa propre situation…

J’ai adoré cette nouvelle. Stephen King m’a embarquée, comme souvent, dans son histoire. Malgré un format très court (147 pages !), on s’attache très vite aux personnages. 

J’ai particulièrement aimé la façon dont Scott prend la vie au fur et à mesure de sa perte de poids, sa capacité à voir la beauté des gens, sa façon d’offrir son amitié à ces 2 femmes, Deirdre et Missy, ce qui n’était pas gagné d’avance !

Deirdre est en effet plutôt froide et condescendante de prime abord, mais on comprend rapidement pourquoi. Vivre avec une femme dans une petite ville peut être difficile, le regard des autochtones peut peser lourd pour ces 2 femmes. Mais sous cette apparente dureté se cache une femme qui, une fois qu’elle ouvre son coeur à Scott, s’avère sensible et très attachante. Sa compagne, Missy, plus réservée, et elle forment un couple complémentaire et très attachant.

Sans oublier Bob Ellis, le vieux médecin ! Il ne comprend rien à ce qui se passe, ce qui est bien normal, mais ne laisse pas tomber son ami et le soutiendra jusqu’à la fin.

J’avoue, en lisant les derniers mots de cette nouvelle, j’ai pleuré . Cette histoire est très touchante, c’est une véritable leçon de vie. Quand on ouvre son coeur aux autres, on s’élève… 

Merci monsieur Stephen King pour cette magnifique histoire ! 

Source biographique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *