« L’année de grâce » – Celles qui en reviennent n’en parleront jamais…

Salut salut ! 😄 Ça va bien chez vous ? 😊 « L’année de Grâce » de Kim Liggett, aux éditions Casterman, ça vous dit sûrement quelque chose… Et bien je viens en remettre une petite couche parce que j’ai craqué aussi pour ce roman YA 😄

« Celles qui survivront ne seront plus jamais les mêmes. « Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit. Nous aurions soi-disant le pouvoir d attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté. Pourtant, je ne me sens pas magique. Ni puissante. » Un an d’exil en forêt. Un an d’épreuves. On ne revient pas indemne de l’année de grâce. Si on en revient. »

Tierney est une jeune fille un peu rebelle de 16 ans qui, comme ses sœurs aînées et sa mère avant elles, va devoir partir en « année de grâce ». Une année entière durant laquelle personne ne sait réellement ce qui se passe, mais celles qui reviennent sont à jamais changées, souvent physiquement, toujours psychologiquement. Parce que ce qu’elles y vivent est… 🤐

Et non, je ne vais pas en dire plus sur ce qui se passe durant cette année ! 😄 Sachez toutefois que ce roman, à vocation « young adult », ne peut laisser personne indifférent. Dès le début, le comportement des hommes (et des jeunes hommes) fait clairement grincer des dents 😠

Nous sommes bien dans une société ultra patriarcale, où les femmes n’ont que peu de choix de vie : être une épouse (et faire des enfants – des fils, de préférence…), être une travailleuse (et donc pas de mari ni d’enfants, mais travailler sans relâche), où être bannie dans les quartiers extérieurs où elles sont forcées à se prostituer… Quels choix ! 🙄

Alors oui, en commençant ce roman, j’ai beaucoup soupiré 😤 levé les yeux au ciel 🙄 et râlé 🤬 Mais une fois les jeunes filles parties en « année de grâce », la véritable histoire commence… Et quelle histoire ! 😳

J’ai adoré Tierney. C’est vraiment une jeune fille intelligente, qui essaie de faire de son mieux pour survivre à cette année, quoi qu’il arrive, et malgré le sort qui lui est réservé à son retour. J’ai beaucoup aimé ce personnage pour ce qu’elle représente : une jeune fille qui ne se contente pas des apparences mais qui sait se remettre en question lorsqu’elle comprend qu’elle s’est trompée.

L’histoire est vraiment bien menée. Bien sûr, comme il s’agit d’un roman YA, nous avons droit à un peu de romance. Classique, avec ce « genre »… Mais celle-ci est très bien amenée et ne tombe pas de nulle part. Elle ne prend pas non plus toute la place, et tant mieux ! Au contraire, elle sert le récit à merveille. Un plaisir !

Ce roman a été comparé à « Hunger Games » et « La servante écarlate ». J’ai envie de dire oui mais… en fait non 😅 Alors oui, les filles doivent tenter de survivre, mais elles ne sont pas obligées de s’entretuer 😶 et contrairement à Defred dans « La servante écarlate », ce mode de vie est le seul qu’elles connaissent !

En fait, je me suis beaucoup posé la question de la classification de ce roman. Ce n’est pas une dystopie, ni de la SF, encore moins de la fantasy… Au final, je n’ai toujours pas réussi à lui mettre une « étiquette » 😅 Et peu importe au fond ! Ce livre a été un véritable coup de cœur ❤ et c’est le plus important 😉

Alors si les questions féministes (ben oui 😄) vous intéressent et que vous n’avez pas peur d’avoir envie de distribuer quelques gifles, laissez vous emmener dans « L’année de grâce », vous ne le regretterez pas ! 🤗

🐻🐻🐻🐻🐻/5 ❤