« L’ami imaginaire » – Serait-il réel ?…

Hello ! 😄 Aujourd’hui, j’aimerais vous présenter quelqu’un, « L’ami imaginaire » de Stephen Chbosky, vous le connaissez ? 🙃

« Une mère et son fils en cavale trouvent refuge dans la petite communauté de Mill Grove, en Pennsylvanie. Mais dans ce havre de paix, le petit garçon disparaît. Quand il émerge de la forêt six jours plus tard, il a l’air indemne. Lui seul sait que quelque chose a changé. La voix du bois est dans sa tête et lui dicte une mission. S’il ne lui obéit pas, sa mère et tous les habitants de Mill Grove risquent de subir son courroux… »

Beaucoup ont déjà lu ce roman, et beaucoup le liront encore dans l’avenir. Et j’espère qu’ils prendront autant de plaisir à découvrir Christopher, sa mère Kate, le shérif, le vieil Ambrose, le jeune David… et le gentil monsieur ! 🙃

Comment parler de ce livre ? C’est un joli pavé de 980 pages environ 😅 qui vous tient en haleine sur pas loin de 90% du récit 😳 L’histoire commence assez simplement : une mère et son fils fuient en voiture jusqu’à trouver une petite ville qui semble accueillante. Et tout dérape après la disparition de Christopher… enfin surtout à son retour… Et là, c’est parti pour les montagnes russes en mode TGV 😅

À partir du moment où Christopher revient, tout se met en place et l’auteur vous emmène dans un récit à 1000 à l’heure et ne vous lâche plus. Tout s’enchaîne à toute vitesse, presque sans temps mort, et on a du mal à lâcher le livre.

Les personnages sont très attachants. Christopher n’a peut-être que 7 ans et demi, c’est un petit garçon très perspicace, qui comprend bien plus de choses qu’on pourrait le croire. C’est un enfant adorable, qu’on a très envie d’aider. Sa mère, Kate, est une jeune femme un peu perdue, mais son obstination à offrir le meilleur à son fils la rend particulièrement touchante. Le shérif est un homme juste et droit, et Ambrose un vieil homme très courageux. Je les ai tous beaucoup aimé 🥰

À travers un récit très manichéen, l’auteur nous parle d’amour, de volonté, de courage, et un peu (beaucoup) de religion, mais d’une façon que même une agnostique comme moi ne pouvait qu’apprécier 😄 Il n’y a ici aucun jugement, aucune volonté de « conversion », l’auteur utilise la religion pour renforcer son récit, et il le fait particulièrement bien.

On comprend rapidement que l’auteur s’inspire des romans de Stephen King (ce dont il ne se cache pas, au contraire), et de « Ça » ou encore « Le Fléau » en particulier. Pour autant, le style de Stephen Chbosky lui est propre, et même si on sent son intérêt particulier pour King, « L’ami imaginaire » reste un récit original qui embarque son lecteur.

Plus on avance dans la lecture, plus on veut savoir, et en même temps on aimerait que ça ne s’arrête pas. C’est assez déstabilisant de vouloir lire à tout prix tout en se disant « non, je ne veux pas savoir, après il n’y aura plus d’histoire » 😅 J’ai tout simplement adoré ce livre, qui m’a emmenée là où je ne m’attendais pas forcément à aller.

Voilà un excellent roman, qui m’a donné des sueurs froides 😰 qui m’a fait pleurer 😭 et que j’ai pris un énorme plaisir à découvrir. Je le conseille à tous ceux qui ont le cœur bien accroché (et qui n’ont pas peur des cerfs… 😉).

🐻🐻🐻🐻,5/5