« La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur » de Suzanne Collins

Hello tout le monde ! Vous allez bien ? 🥰 Une petite excursion dans les prémisses des Hunger Games, ça vous tente ? Écoutez donc « La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur » de Suzanne Collins orchestrée par les éditions PKJ 🎶

10 ans ont passé depuis la fin de la guerre. Panem se remet difficilement, mais le Capitole continue d’organiser les Hunger Games. Pour la 10ème édition, la grande nouveauté est que les tributs auront un mentor, tiré au sort parmi les étudiants de l’Académie. Coriolanus Snow se retrouve bien malgré lui avec la tribut du district 12, Lucie Grey, et ça ne l’enchante pas vraiment : comment redorer l’image de sa famille, lui redonner son prestige d’antan avec le pire district qui soit ?

Et oui, j’ai craqué, je voulais retourner dans l’univers des Hunger Games, mieux comprendre leurs origines, leur fonctionnement, et avoir un point de vue différent du Capitole. J’ai été servie 😄 De ce que j’ai vu passer comme avis, certains l’ont trouvé long, le rythme trop lent. Pas moi 😅 J’ai beaucoup aimé 😄

J’ai aimé me replonger dans cet univers. On apprend un peu mieux comment et pourquoi les « jeux » ont été créés, comment ils sont organisés.

C’est la 10ème édition et les organisateurs tentent de nouvelles choses, comme octroyer un mentor à chaque tribut. Ce sont de jeunes gens, à peine plus âgés, voire du même âge, mais qui vivent dans 2 mondes différents : les districts qui meurent de faim et les habitants du Capitole, qui ont faim également mais qui risquent toutefois moins leur vie que leurs homologues… Ils ne se comprennent pas. Les jeunes du Capitole ont grandi avec une image faussée des districts : ce sont des sauvages ! Ils méritent leur sort ! Mais sont-ils si éloignés ? Non, mais ils ne s’en rendent pas compte…

Le personnage de Coriolanus Snow m’a particulièrement intéressée. Le connaissant en tant que Président Snow à tendance psychopathique, j’avais très envie d’en apprendre plus sur lui, son histoire, son parcours de vie.

On le connaît en tant que Président dans la trilogie Hunger Games, et on se rend vite compte ici qu’il a toujours eu cette part sombre. Malgré les attentions de sa cousine, son « amour » pour Lucie Grey, son ambition prend toujours le dessus. Il a visiblement été traumatisé par la guerre et ne pense qu’à s’élever dans la société du Capitole, quitte à écraser les autres, trahir, mentir.

Certains avis que j’ai pu glaner ici et là ont mis en avant que la romance n’était pas utile. Je ne suis pas d’accord 😅 Je trouve au contraire qu’elle ajoute un certain réalisme au personnage de Snow, et en particulier à son absence totale d’empathie. Il se ment à lui-même sans arrêt en pensant pouvoir vivre simplement, il trouve toujours une justification à ses actes pour se dédouaner : ce sont les autres qui fautent, ils sont seuls responsables de ce qui leur arrive, même si c’est lui qui, en dévoilant certaines choses, entraîne la perte de ses camarades.

J’ai apprécié également le personnage de Lucie Grey, qui m’a beaucoup fait penser à Katniss, par certains côtés. J’imagine assez bien une filiation entre elles, et je me suis demandé si le père de Katniss n’était pas lié d’une certaine manière à Lucie Grey (surtout par rapport à la chanson de « l’arbre du pendu »…). On ne le saura certainement jamais, mais c’est une hypothèse que je trouve plausible et j’ai aimé trouver un peu de Katniss (en plus joyeux) dans ce roman 😊

J’ai aimé en apprendre un peu plus sur les Hunger Games. J’ai été choquée du traitement réservé aux tributs dans les débuts 😳 mais cela m’a permis de mieux comprendre la trilogie, l’organisation des « jeux » et toute la médiatisation qui en est faite.

Ce prequel apporte d’autres questions, mais donne aussi des réponses, beaucoup de détails qui ne manquaient pas dans la trilogie d’origine mais qu’on est tout de même contents d’avoir. J’ai passé un très très bon moment 😄

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *